Maladie de Parkinson et espérance de vie

Mis à jour : 9 oct. 2019

Dans cet article sont traités des sujets peu abordés dans la maladie de Parkinson :

Quel est l'impact de la maladie de Parkinson sur l'espérance de vie des personnes atteintes ?

Peut-on mourir de la maladie de Parkinson ?


Quelle est l'espérance de vie avec la maladie de Parkinson ?

Les études récentes menées sur le sujet montrent qu’en règle générale, pour les personnes présentant une forme idiopathique de la pathologie sans atteinte cognitive au moment du diagnostic ont une espérance de vie comparable aux personnes saines.


Dans un premier temps, il est important de noter que l’espérance de vie des personnes atteintes de la maladie de Parkinson a augmenté au fil des années, grâce au progrès de la science et des traitements proposés. En 1967, l’espérance de vie médiane était estimée à 9.4 ans après le diagnostic. Cette espérance a augmenté à 13.1 ans en 1993 puis 14.6 ans en 2016.


Bien que la qualité de vie des personnes atteintes de cette pathologie soit diminuée, la maladie de Parkinson est aussi associée à une absence de certains facteurs de risque comme une faible incidence de l’hypertension, une population en majorité non fumeuse et un risque diminué de développer certains cancers. D’une manière générale, on peut considérer que si les facultés cognitives de la personne atteinte ne sont pas affectées, l’espérance de vie ne sera pas modifiée.



La maladie de Parkinson est-elle mortelle ?

La maladie de Parkinson n’est pas considérée comme une maladie mortelle. Certaines complications provoquées par cette maladie pourront parfois mettre en danger la vie des patients, comme les chutes et les troubles de la déglutition.

  • Les chutes : Les troubles de marche liés à cette pathologie vont induire une augmentation des chutes. Afin de palier à ces troubles de marche, des séances de rééducation seront prescrites. Il est possible également au patient de s’équiper de matériel adapté et de pratiquer certaines activités particulièrement recommandés pour la maladie de Parkinson.

  • Les troubles de la déglutition. Avec la progression de la maladie des troubles de la déglutition et de la parole peuvent apparaître. Une prise en charge par un orthophoniste doit être envisagée pour réduire au maximum ces troubles et le risque de fausse route. Ces troubles peuvent aussi entraîner un passage de nourriture dans le poumon et aboutir au développement d’une pneumonie


Les progrès réalisés pour la prise en charge de la maladie de Parkinson permettent aujourd’hui, en règle générale, de limiter son impact sur l’espérance de vie du patient. Pour une bonne prise en charge, une révision régulière du traitement médicamenteux doit être effectuée. En complément du traitement médicamenteux, il est conseillé de maintenir une activité physique et de réaliser des séances de rééducation régulières permettant de gérer les troubles de la motricité et de la déglutition.



Références :

  • Life expectancy in Parkinson disease

Lawrence I. Golbe, Cristian E. Leyton

Neurology Nov 2018, 91 (22) 991-992; DOI: 10.1212/WNL.0000000000006560

  • Early predictors of mortality in parkinsonism and Parkinson disease

David Bäckström, Gabriel Granåsen, Magdalena Eriksson Domellöf, Jan Linder, Susanna Jakobson Mo, Katrine Riklund, Henrik Zetterberg, Kaj Blennow, Lars Forsgren

Neurology Nov 2018, 91 (22) e2045-e2056; DOI: 10.1212/WNL.0000000000006576

RESILIENT INNOVATION

84 rue Maurice Béjart 

34080 MONTPELLIER

09.77.55.82.02

© 2020 by Resilient Innovation