Le freezing dans la maladie de Parkinson

Mis à jour : mars 23

L’enrayage cinétique ou freezing of gait est l’un des symptômes les plus handicapants dans la maladie de Parkinson, il augmente considérablement le risque de chute du patient et impacte négativement sa qualité de vie.


70% des patients atteints de la maladie de Parkinson depuis plus de 10 ans sont atteints par ce symptôme.


Qu'est ce que le freezing ?


Le freezing se traduit par une incapacité à initier le mouvement, une sensation de « pieds collés au sol » et un arrêt brutal du mouvement. Ce symptôme peut être déclenché par l’initiation de la marche, les passages étroits (les encadrement de porte par exemple), la foule et les situations de stress. Il est caractérisé comme un défaut d’initiation à la marche, souvent corrélé à la bradykinésie.


Comment apparait le freezing ?


Le freezing est un phénomène complexe à comprendre et à prendre en charge car les mécanismes neurologiques impliqués dans son apparition sont aujourd’hui mal définis. Les études menées suggèrent qu’un désordre au sein du système limbique et cognitif pourrait être impliqué dans l’apparition du freezing.

Structures cérébrales potentiellement impliquées dans l’apparition du freezing (Fasano et al., 2015)

Les structures potentiellement impliquées dans l'apparition du freezing sont les suivantes :

  • L'aire motrice supplémentaire qui est aire du cortex moteur gérant la planification et la coordination des gestes complexes ;

  • Le precuneus impliqué dans la mémoire et le traitement visuo-spatial ;

  • Les noyaux gris centraux, ensemble de structures cérébrales impliqué dans l'initiation et la coordination des mouvements. On retrouve dans cet cet ensemble la substance noire qui est l'aire cérébrale la plus atteinte dans la maladie de Parkinson.

  • Le cervelet qui joue un rôle dans le contrôle de la motricité et de l'équilibre.


Bien que la survenue de ce phénomène reste incomprise, il a été possible d'identifier certaines situations, liées à l'environnement et à l'état mental du patient, favorisant la survenue de ce phénomène :

  • présence d'obstacle

  • situation stressante

  • foule dense

  • passage de porte, encadrement de porte

  • changement de couleur du sol ou de surface


Il existe malheureusement peu de solutions efficaces durablement pour contrer ce symptôme sur le long terme, bien qu'une prise en charge adaptée, notamment en kinésithérapie, peut participer à la réduction de l’impact de ce symptôme.




Comment lutter contre le freezing ?


La prise en charge de ce symptôme est basée sur la kinésithérapie avec une rééducation orientée sur les troubles de la marche. L’utilisation d’indices sensoriels (auditifs ou visuels) peut servir à soutenir cette prise en charge et à limiter le phénomène de freezing.

Il est conseillé de pratiquer une activité physique régulière, et de privilégier des activités impliquant une mobilisation des capacités motrices et rythmiques (activité physique adaptée, danse, tai-chi, marche nordique).


Voici quelques conseils recommandés par l'American Parkinson Disease Association pour sortir plus facilement lors d’un épisode de freezing :

  • Essayer d’effectuer un autre mouvement avant de repartir. Par exemple lever un bras, toucher sa tête, pointer vers le plafond, puis essayer de redémarrer.

  • Changer de direction, ou se déplacer sur le côté avant de repartir également.

  • Visualiser un objet sur le sol devant soi et essayer de marcher dessus.

  • Effectuer un pas vers l’arrière puis repartir vers l’avant.

  • Marcher sur place puis avancer.

  • Pointer avec son bras dans la direction désirée et avancer en insistant sur le balancement des bras.

  • Taper sur la jambe que l'on souhaite avancer avant d’entamer le mouvement.

  • Compter « 1, 2, 3 » puis avancer.

  • Utiliser un son rythmé pour se concentrer sur le rythme pour redémarrer et conserver une marche régulière.

Des solutions technologiques se développent notamment pour proposer une stimulation rythmique auditive à domicile. Cette technique peut être utile pour se débloquer après un freezing et limiter son apparition afin d'améliorer globalement sa démarche.


Le dispositif médical WALK est basé sur cette technique et il est possible de tester cette innovation.


Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet 👇

Sources

  • Fasano, A., Herman, T., Tessitore, A., Strafella, A.P., Bohnen, N.I., n.d. Neuroimaging of Freezing of Gait. J Parkinsons Dis 5, 241–254. https://doi.org/10.3233/JPD-150536

  • Freezing of Gait & Parkinson’s Disease, 2019. . APDA. URL https://www.apdaparkinson.org/article/freezing-gait-and-parkinsons-disease/ (accessed 7.30.20).

  • Ge, H.-L., Chen, X.-Y., Lin, Y.-X., Ge, T.-J., Yu, L.-H., Lin, Z.-Y., Wu, X.-Y., Kang, D.-Z., Ding, C.-Y., 2020. The prevalence of freezing of gait in Parkinson’s disease and in patients with different disease durations and severities. Chinese Neurosurgical Journal 6, 17. https://doi.org/10.1186/s41016-020-00197-y

  • Heremans, E., Nieuwboer, A., Vercruysse, S., 2013. Freezing of gait in Parkinson’s disease: where are we now? Curr Neurol Neurosci Rep 13, 350. https://doi.org/10.1007/s11910-013-0350-7

  • Sawada, M., Wada‐Isoe, K., Hanajima, R., Nakashima, K., 2019. Clinical features of freezing of gait in Parkinson’s disease patients. Brain Behav 9. https://doi.org/10.1002/brb3.1244

RESILIENT INNOVATION

84 rue Maurice Béjart 

34080 MONTPELLIER

© 2020 by Resilient Innovation